Vers un plan national d’investissement pour la mise en œuvre du PNACC du Cameroun.

Dans le cadre du renforcement de partenariat, le GWP-Cameroun, a organisé, en collaboration avec le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED) du Cameroun un atelier d’enrichissement et d’appropriation du Plan National d’Investissement  pour l’Adaptation au Changement Climatique (PNIACC) du 23 au 24 juin 2016 à Mbalmayo, Cameroun.

 

Ont pris part à cette réunion technique, les représentants du Ministère de l’Environnement du Cameroun, de l’Observatoire National pour le Changement Climatique (ONACC), du Cabinet Multipolaire et du GWP-Cameroun.

 

L’atelier avait pour objectif de procéder à l’enrichissement, l’appropriation et la validation technique des profils des quatre programmes proposés dans le draft du PNIACC dans une perspective non seulement de mobilisation des acteurs institutionnels et ressources mais aussi de mutualisation des efforts pour accélérer la mise en œuvre des actions prioritaires du Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC).

Les actions prioritaires du PNACC du Cameroun  et repris dans le plan d’investissement ont pour objectif de réduire la vulnérabilité des populations des zones côtières, de la zone soudano-sahélienne et des secteurs stratégiques de développement du Cameroun aux incidences des changements climatiques, en renforçant leur capacité d’adaptation et résilience.  

 

Pendant les deux jours de travaux, le draft du PNIACC, a été présenté comme un cadre opératoire du PNACC, de planification des investissements mais également comme un outil de gouvernance  permettant la lisibilité et visibilité des actions la coordination des actions avec leurs coûts, d’autre part. A l’occasion des différentes sources de financement du climat susceptibles de financer certains programmes a aussi  été présentées ainsi que les critères d’éligibilité à ces fonds pour le climat. Toutefois fois un bref aperçu a été fait sur l’historique du processus d’élaboration et de la révision du PNACC du Cameroun avec une motion particulière de remerciement au GWP-Cameroun, pour son appui multi- forme.

Les travaux de groupes sur la validation des matrices des programmes proposés dans le draft du PNIACC, suivis de la restitution en plénière, ont été les moments forts de la rencontre. Puisque les experts des différents services du ministère de l’environnement,  chacun dans son domaine d’expertise a apporté  ses « input » pour l’enrichissement dudit document.

De commun accord, les participants ont élaboré et adopté une feuille de route pour la suite du  processus d’amélioration du PNIACC jusqu’à sa validation technique par les ministères impliqués ; ceci a constitué l’un des résultats atteints en plus de l’enrichissement et validation des matrices des quatre programmes du PNIACC.

La feuille de route adoptée a ainsi été structurée :

  • La production du draft 0 du PNIACC tenant en compte les commentaires et enrichissements de l’atelier ;
  • La relecture interne du document par une équipe du Ministère de l’Environnement ;
  • L’organisation d’une concertation intersectorielle et/ou inter-ministère pour des commentaires et la définition du format;
  • La production du draft 1 incluant les observations des différents ministères ;
  • L’organisation d’un atelier de validation technique du draft 1.

 « Dans le domaine du changement climatique en Afrique centrale, le Cameroun est en avance » s’est réjouie la présidente du GWP-CAf dans son mot de remerciement adressé aux participants pour le travail accompli pour le PNACC et son plan d’investissement. « L’expérience du Cameroun devrait être dupliquée en Afrique centrale »a-t-elle souhaité.

De son côté la représentante du Ministre de l’environnement tout en félicitant le GWP-Cameroun pour son appui à la recherche de financement pour la mise en œuvre du PNACC, a indiqué que « l’idée d’accompagner le ministère de l’environnement dans la recherche de financement est vraiment un grand pas pour la coopération que le GWP apporte au Cameroun». Elle a précisé que «  le ministre est ouvert et prêt à tout mettre en œuvre pour que des mesures d’adaptation et d’atténuation soient effectives au Cameroun  pour des problèmes du changement climatique qui au jour le jour s’accentuent».

A titre de rappel, le Ministère de l’Environnement et le GWP-Cameroun ont fait esquisser le draft du PNIACC en novembre 2015 par le Cabinet Multipolaire, comme suite à donner à la recommandation : « donner la priorité au renforcement des capacités des acteurs sur la planification des investissements résilients au changement climatique », formulée lors de l’atelier de finalisation du PNACC Cameroun. Le PNIACC est un document de plus de quatre-vingt pages. Il est structuré autour de quatre chapitres : le premier chapitre présente le cadrage général du PNIACC, le deuxième chapitre traite du profil des programmes, le troisième fait une présentation des mécanismes de mise en œuvre, de suivi et de coordination et le dernier chapitre lui, présente le cadrage budgétaire.